in

Une Gravière Magique, Mais Maudite !

Cette gravière.. Si mystérieuse mais en même temps tellement magique. Celle qui nous pousse à revenir encore et encore pour essayer de découvrir tous les trésors dont elle regorge.

Il ne m’aura fallut qu’un simple 48h en fin d’hiver pour comprendre l’énorme potentiel de cette gravière. Pourtant, je finirais capot avec mon collègue, mais au fond de moi j’avais l’intime conviction que je ne devais pas en rester là avec ce plan d’eau.
J’avais déjà pu récupérer quelques informations auprès de pêcheurs locaux, il ne me restait plus qu’une chose à savoir « Quand est-ce que je pourrais revenir ? ».

Ambiance particulière pendant ce premier 48h !

Quelques mois plus tard j’arrive à me dégager une semaine, je décide de revenir sur ce lieu en solo.
J’arrive tôt le matin aux alentours de 4h, malheureusement le poste que je voulais était déjà pris, ce n’est pas grave j’aurais le temps de bouger dans la semaine !
Après une longue réflexion les cannes sont posées. La première nuit je ferais un silure, ne connaissant rien sur cette gravière à l’époque c’était déjà pas mal.
Le lendemain, je décide quand même de bouger en fin de matinée sur le poste que je voulais au départ, celui dont tous les locaux parlent et ou l’activité semble la plus forte.

Ambiance magique !

Les journées passèrent, les yeux rivés sur l’eau à la recherche du moindre signe d’activité, la moindre fouille, le moindre bruit. Malgré tous les efforts et ma remise en question constante je ne réalise aucun départ. Sauf l’avant dernière nuit, une grosse déroule a 0h00 qui se solde par une casse à 1m de l’épuisette. C’est le début de la malédiction sur cette gravière.

Après ce second échec, j’avais toujours la certitude qu’il fallait insister. C’est donc 2 mois plus tard que je serais de retour avec mon collègue pour 4 nuits.
Nous étions maintenant au début de l’été et surprise on arrive devant une immense salade, à première vue il semblait inconcevable de poser une ligne au milieu de ces herbiers.
Sans embarcation, on décide donc de ce mouiller et de sonder à la nage, on arrivera au final à trouver quelques spots et poser nos lignes.

Ambiance nocturne.

C’est là que la malédiction continue de s’acharner sur nous durant cette session. Trois nuits venez de s’écouler et toujours zéro poisson au sec et pourtant nous en étions à 8 départs. Plus précisément 4 casses et 4 décroches, malgré nos montages ultra solide, les têtes de lignes en tresse, la pêche au cassant. Il n’y avait rien à faire !
Et pourtant c’est le dernier matin après beaucoup d’échec que je pourrais enfin apercevoir un pur fish ! Une énoooorme commune, qui en plus est mon nouveau record actuelle. Tous mes efforts étaient enfin récompensés, j’avais plus qu’à profiter de cet instant magique.

Après cette session qui me permet d’ouvrir mon compteur sur cette gravière, je reviendrais plusieurs fois encore. Cette fois équipé d’un float tube et d’un Deeper pour faire face aux herbiers.
Malheureusement malgré cela il restait toujours difficile de sortir les poissons.

Toutefois moi et mon collègue avons pu sortir de véritable commune de ce plan d’eau, des poissons en pleine santé et d’une beauté incroyable !

Une commune de fou en plus !

Et ce qui est sur c’est que le plan d’eau contient encore beaucoup de trésors et que l’histoire entre moi et cette gravière n’est pas fini… A Suivre !

Si vous avez reconnue le plan d’eau, merci de ne pas divulguer sa localisation.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Comments

0 comments

« Deeper », Gadget Ou Vraiment Utile ?